• Retrouvez le disque sur les plateforme de streaming : https://lnk.to/GBridelli_Duel_AlcinaFA   Malgré la rivalité qui existait entre les compagnies d’opéra dirigées par Haendel et Porpora à Londres (1734-1737), il y a beaucoup à dire sur la véritable nature des liens que les deux compositeurs entretenaient. Tous deux étaient considérés comme exceptionnellement originaux dans leurs choix esthétiques, chacun d’eux admirait la musique de l’autre. Leur rivalité en Grande-Bretagne produisit en quelques années des partitions mémorables, parmi lesquelles Ariodante de Haendel et Polifemo de Porpora, opéras qui furent joués simultanément dans les théâtres de la ville. La bagarre entre les deux compagnies offrit l’opportunité aux compositeurs de se rencontrer et de se découvrir l’un l’autre, de s’intéresser au goût du public et d’expérimenter de nouvelles idées, puisant leur force dans l’incroyable talent de leurs chanteurs (Farinelli, Senesino, Carestini notamment). Ce CD tente de saisir l’essence d’une relation intellectuelle complexe, propose des exemples éloquents des style des compositeurs et souligne les frontières de l’estime mutuelle que se portaient ces deux géants de l’histoire de la musique… Sur son premier album solo, la jeune et talentueuse mezzo-soprano Giuseppina Bridelli interprète avec bravoure les pages difficiles écrites pour certains des chanteurs les plus célèbres du XVIIIe siècle.
  • C’est la restitution du manuscrit inédit du Stabat Mater, conservé à la Bibliothèque de Lyon, que Le Concert de l’Hostel Dieu interprète. Une version pour cinq solistes, qui dépasse le caractère éthéré que l’on connait si bien pour donner à l’œuvre une dimension dramatique et théâtrale exacerbée. Mêlées aux versets du Stabat Mater, polyphonies traditionnelles et tarentelles napolitaines envoûtantes plongent l’auditeur dans l’univers de la Semaine sainte à Naples où se côtoient, dans les églises et sur leurs parvis, musiques sacrées et musiques profanes. Une alternance qui souligne les liens entre l’héritage populaire du sud de l’Italie et le talent cosmopolite de Pergolèse.
    "Attempts at crossover involving medieval and Renaissance repertories often fail for want of boldness […] here, the affects of different provenance demonstrate how the thing ought to be done. […]  Pergolesi comes out of it very well but it is the extraneous matter that holds the attention, culminating in a rendition of the opening verses of the Stabat Mater in plainchant ornamented according to local costom, of hair-raising intensity.

    Fabrice Fitch, Gramophone, June 2019

  • La musique de la chorégraphie hip-hop de Mourad Merzouki

    Folia : pièce pour 16 danseurs et 8 musiciens Direction artistique et chorégraphie Mourad Merzouki Conception musicale Franck-Emmanuel Comte – Le Concert de l’Hostel Dieu

    Tarentelles napolitaines et folias virtuoses, pimentées par les musiques électroniques de Grégoire Durrande, composent l’univers sonore imaginé par Mourad Merzouki et Franck- Emmanuel Comte pour cette rencontre surprenante entre la musique baroque, les musiques électroniques et la danse hip-hop. Le dialogue entre les mondes, ligne esthétique fertile qui anime depuis toujours les créations du chorégraphe, se retrouve dans Folia.

     
  • Marco Polo, carnet de mirages Aux portes de l’Orient, Venise domine le commerce méditerranéen du Moyen Âge. Marquée par ces échanges, la cité lacustre évoque alors certaines villes orientales : les marchés sont des souks où les mots arabes se mêlent au vénitien, l’architecture et l’art s’inspirent largement de l’Est… C’est ce métissage que nous évoquons musicalement, en associant le répertoire baroque italien aux mélodies persanes inspirées par la poésie soufie. Le slam de Cocteau Mot Lotov vient poser, en contrepoint littéraire, une mise en rythme d’extraits du Livre des Merveilles de Marco Polo, ce marchand vénitien célèbre pour ses récits de voyages dans cet Orient mystérieux…
  • Programme : Tallis, Monteverdi, Allegri, Vivaldi, Pergolèse et Mozart

    Le Concert de l’Hostel Dieu et Baroque & plus se sont associés pour vous préparer cette série de petits sujets vidéos consacrée aux grandes pages de la musique baroque. En une dizaine de minutes et à partir d’extraits musicaux filmés, Franck-Emmanuel Comte décrypte les œuvres pour en permettre une plus grande compréhension et en augmenter le plaisir d’écoute.

  • ffff teleramaProgramme : Alceste de Georg Friedrich Haendel

    Haendel compose Alceste à la demande John Rich, directeur du théâtre de Covent Garden, pour illustrer une pièce de Tobias Smolett. Pour des raisons mystérieuses, le spectacle ne voit jamais le jour et le compositeur réutilise son travail dans d’autres œuvres. Aujourd’hui, seuls les textes mis en musique par Haendel ont été retrouvés. Alceste offre sa mort en échange d’une vie plus longue pour son mari Admète. Hercule, frappé par la dévotion d’Alceste, rend la vie aux deux époux.

  • Programme : airs, duos, trios et cantates de Stradella

    Le compositeur Alessandro Stradella représente sans doute une des figures plus fascinantes dans le vaste univers de la musique baroque italienne du XVIIe siècle. Séducteur, aventurier et versatile, l'homme n'en est pas moins compositeur de génie. Son œuvre, vaste et variée, comporte de véritables trésors qu'il convient de redécouvrir. La Bibliothèque municipale de Lyon conserve quelques-uns de ces chefs-d’œuvre qui nous permettent d'entrevoir un homme plus sincère que ses frasques ne le laissent supposer...

  • Stock épuisé

    Programme : Dixit Dominus, Gloria, Nisi Dominus de Haendel

    Voyageur épris d’aventures et véritable européen, Haendel ou Giorgio-Federico Haendel - ainsi nommé par la société musicale romaine - passa quatre ans dans la cité des Barberini (Rome), quatre années qui influencèrent durablement son développement artistique. Il en fût ainsi pour nombre de ses compatriotes tels que Schütz, Hasse, Goethe. Chacun de ces artistes, nés en Allemagne, réagit à sa propre manière au contact de l’Italie, mais dans tous les cas c’est par la vitalité, la vivacité de ses couleurs, par son art, sa musique, et son architecture qu’elle les marqua de son empreinte. Ainsi, le luthérien Haendel composa à Rome une douzaine de motets latins qui furent probablement exécutés aux vêpres de la fête de Notre-Dame du Mont Carmel. Dans ces pages brillantes et vives, le jeune Haendel montre son étonnante capacité d’assimilation du style italien, dont il s’inspirera par la suite dans nombre de ses oratorios anglais.

  • Programme : Il Martirio di Sant’Orsola d’Alessandro Scarlatti

    Un manuscrit unique et inédit ! Il Martirio di Sant’Orsola fut probablement écrit et chanté à Rome entre 1695 et 1700. L’identification de l’auteur du livret et les circonstances de composition demeurent inconnues. La partition manuscrite et ses parties séparées, conservées à la Bibliothèque Municipale de Lyon et restituée ici, est en effet l’unique version européenne de l’œuvre. Elle a été copiée pour l’Académie des Beaux-arts de Lyon à qui elle appartenait, probablement par des amateurs rapportant de leurs voyages transalpins de nombreuses œuvres, comme en témoigne l’importance de la musique italienne dans les fonds lyonnais. Les oratorios de Scarlatti furent joués de 1718 à 1731 à l’Académie

  • Programme : O’Carolan, tunes, jiggs, laments et reels traditionnels irlandais

    À mi-chemin entre musique traditionnelle et musique savante, le monde imaginaire de O’Carolan se situe à la croisée de la littérature onirique irlandaise et de l’univers poétique de Purcell et Shakespeare. De par ses pérégrinations, il découvre les œuvres des musiciens italiens bien en cour, tel le violoniste Geminiani. Aussi, sa musique se fait bien souvent le reflet de deux mondes que tout semble opposer. Parfaitement illustrée par la chanson The Fairy Queen, inspirée du Songe d’une nuit d’été, la musique de O’Carolan reflète ses diverses et changeantes humeurs : la lamentation sur un ami défunt, la nostalgie d’un amour perdu, la féerie d’un rêve fugitif ou encore l’ambiance festive d’une taverne !

  • Programme : airs, duos, symphonies extraits d’opéras et de masques de H. Purcell

    La rencontre du théâtre de Shakespeare et de la musique de Purcell conduira à la création de chefs-d’œuvre du théâtre musical tels que The Fairy Queen, Timon of Athens ou bien encore The Tempest. Ces « semi-opéras » ou « masques » proposent des univers tout à fait originaux, colorés et baroques. Œuvres en apparence hétérogènes, ces grandes fresques réservent des moments d’une rare poésie où toute la complexité et la richesse de l’œuvre de Shakespeare apparaissent de manière évidente. En osmose parfaite avec le poète, Purcell compose des intermèdes musicaux d’une inventivité rare qui laisse à tout auditeur une impression de grande liberté.

  • Programme : Miserere d’Allegri, Miserere, De Profundis, Exultate Jubilate et Regina Caeli de Mozart

    Entre 1769 et 1773, Mozart effectue trois voyages en Italie. À la différence du grand circuit européen précédent, destiné à révéler au monde le jeune prodige, les déplacements italiens ont pour but de parachever sa formation de compositeur. Sa vaste correspondance nous révèle les grandes étapes de ce parcours dans la patrie de Dante et Pétrarque : Vérone, Mantoue, Milan, Bologne, Naples, Venise et surtout Rome. La Ville Éternelle le subjugue. C’est l’enseignement du Père Martini qui lui permet de mettre un terme brillant à sa formation. Sous ses encouragements, il compose ses premiers opéras seria et corrige quelques maladresses juvéniles dans son Miserere à voix d’hommes. C’est de ces voyages en Italie que date la composition de deux de ses plus beaux motets : Exultate Jubilate et Regina Cæli, œuvres lumineuses et jubilantes, dans lesquelles le génie mozartien se manifeste déjà, dans toute sa maturité.