Metamorphosis

  • Programme
  • Distribution
  • Présentation
  • Écouter
  • Mention
  • Agenda

Metamorphosis

Antonio Vivaldi
Concerto pour 2 violons et violoncelle RV 578a, I. Adagio e spiccato, II.Allegro (L’Estro Armonico, Amsterdam, 1711) dans l’arrangement de Pisendel (Manuscrit de Dresden)

Johann Sebastian Bach
Concerto pour violon en ré mineur BWV 1052R
Transcription de JS Bach d’après le concerto pour clavecin BWV1052 (1738)

Steve Reich
Electric Counterpoint, III. : Fast (New York, 1987)
Arrangement de Reynier Guerrero et Franck-Emmanuel Comte

Christophe Graupner
Le désire, extrait de l’Ouverture GWV 445

Charles Avison
Concerto grosso op.6 n°3 et 5 (extraits de Concertos in Seven Parts done from the Lessons of Domenico Scarlatti, 1744)
- Largo (Concerto n°5)
- Vivace (Concerto n°3 / d’après la Sonate pour clavecin K.38 de D. Scarlatti)
- Allegro spirituoso  (Concerto n°3 / d’après la Sonate pour clavecin K.37 de D. Scarlatti)

Antonio Vivaldi
Concerto n°10 pour 4 violons RV 480 (L’Estro armonico, Amsterdam, 1711)

Karl Aage Rasmussen
The Four Seasons, d’après Antonio Vivaldi, III. Presto (Il cimento dell’amornico e dell’invenzione, Amsterdam, 1725) 

Stefan Plewniak, violon solo

Reynier Guerrero, violon
Florian Verhaegen, violon
Véronique Bouilloux, violon
Sayaka Shinoda, violon
André Costa, violon
Aurélie Métivier, alto
Myriam Cambreling, alto
Aude Walker-Viry, violoncelle
Clara Fellmann, violoncelle
Nicolas Janot, contrebasse
Nicolas Muzy, théorbe et guitare
Franck-Emmanuel Comte, direction et clavecin

Création lumière et vidéo en réflexion

Effectif :
6 violons, 2 altos, 2 violoncelles, 1 contrebasse, guitare/théorbe, clavecin

Au 18ème siècle, les œuvres concertantes pour violon, l’instrument virtuose par excellence, adoptent une écriture idiomatique et de plus en plus exigeante. Mais dans l’œuvre de Vivaldi et Bach, elles conservent un bel équilibre entre invention mélodique, art du contrepoint et virtuosité, sans jamais tomber dans un excès de cabotinage, qui sera, hélas, la marque des œuvres de la fin du 18ème siècle. Au-delà de la mise en valeur du ou des solistes, c’est surtout l’art de la rhétorique qui prévaut dans ce répertoire. A l’image du siècle des lumières où l’on recherche avant tout un équilibre entre expression individuelle et règles de vie collective, le concerto pour violon de ces grands maitres x comme un dialogue mutuellement enrichissant entre un individu et un collectif.

Mais au-delà de la rhétorique concertante qui émanent de ce répertoire, c’est plus encore les multiples métamorphoses nées de la créativité et de l’admiration mutuelle des compositeurs que nous souhaitons mettre en lumière dans ce projet. À une époque où l’emprunt musical étaient considéré comme une marque de respect, les œuvres les plus appréciées subissaient ainsi de multiples transcriptions ou arrangements, ce qui contribuait à leur donner de nouvelles couleurs ainsi qu’une notoriété nouvelle. Nous découvrirons ainsi comment Pisendel réinventait Vivaldi (son ami), comment Avison rendait hommage à Scarlatti ou comment Bach se parodiait lui-même. Un passage par le 21ème siècle où nous écouteront l’hommage de Jenkins à Corelli conclura notre programme.

Au-delà du rapport entre la création initiale de l’œuvre et de sa réappropriation, ce projet est aussi un outil majeur de développement musical pour le Concert de l’Hostel Dieu. Collectif soudé et efficient, l’ensemble est constitué d’instrumentistes qui, bien que de nationalités et de générations différentes, sont tous d’anciens élèves du CNSMD de Lyon, et plus particulièrement de la classe de violon baroque d’Odile Edouard. Ils ont ainsi acquis au cours de leurs études tout d’abord, puis dans l’exercice de leur métier au sein du Concert de l’Hostel Dieu, des réflexes musicaux communs et partagent une exigence particulière dans la démarche interprétative. Accueillir un soliste charismatique et créatif tel que Stefan Plewniak contribuera à dynamiser le fonctionnement de l’ensemble, à élargir son champ d’inspiration et à approfondir sa maitrise du style concertant. Un projet inspirant que nous prendrons le temps de travailler en détail lors d’une résidence artistique dans la ville de Chatillon-sur-Seine puis en concert à Saint-Donat et Lyon.

Franck-Emmanuel Comte

Ou l’art de la métamorphose dans le style concertant…

Le XVIIIème siècle ne connait pas le droit de propriété ! Mieux encore, transcrire, adapter, ou orchestrer les œuvres d’autrui est considéré comme un hommage musical. Ce processus de métamorphose est étourdissant, car non seulement, il offre une nouvelle vie à l’œuvre originale, mais il l’inscrit dans une perspective temporelle illimitée : les réappropriations sont infinies et s’adaptent à l’humeur du temps. Lorsque Avison adapte les sonates de Scarlatti pour orchestre à cordes, il leur donne un nouveau cadre en adoptant la forme du Concerto grosso ainsi qu’une  nouvelle couleur. Mais lorsque Rasmussen transpose les 4 saisons de Vivaldi, dans un univers esthétique contemporain, c’est un tout nouveau espace esthético-temporel qui s’ouvre à nous. En définitive, c’est à une nouvelle écoute du répertoire baroque que nous vous invitons à travers ce projet, gageant que certaines œuvres (ainsi métamorphosées) nous parlerons autant de notre époque contemporaine que de celle de Bach.

Les musiciens de Metamorphosis

Écouter

Soutenu par la SPEDIDAM et la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

   Logo DRAC Auvernge-Rhône-Alpes

AGENDA

Tournée juillet 2023
Saison 2023/2024 : recherche de résidence pour une création scénique

 

Panier