FugaCités est une rencontre entre la musique baroque et les cultures urbaines. Trois variations poétiques aux multiples inspirations. Un dialogue créatif entre les instrumentistes baroques du Concert de l’Hostel Dieu et des artistes de la scène urbaine lyonnaise : le beatboxer Tiko ; le danseur Jérôme Oussou, chorégraphié par Mourad Merzouki ; le slameur Mehdi Krüger ; le plasticien Samuel (Projet Reoh).

FugaCités se joue des impératifs du moment. Il naît en réponse aux contraintes de distanciation imposées par la pandémie. Il prend vie et sens dans des lieux ouverts et des espaces atypiques, recrée un dialogue, renoue un lien social.

FugaCités explore des lignes de tension : la gravité de la situation empêche-t-elle toute forme de légèreté ou la rend-elle plus nécessaire que jamais ? Gravité et légèreté, palpable et impalpable, immobile et en mouvement, contemporanéité des cultures urbaines et intemporel baroque.

FugaCités, trois variations de la même utopie artistique : plus nombreuses seront les barrières, plus inspiré sera le geste artistique.

Au rythme des couleurs, par Samuel/Projet Reoh

La fugacité est à la musique baroque ce que l’éphémère est aux arts urbains et je propose d’illustrer la rencontre entre ces deux univers : rythmés, insaisissables et colorés.

Si la ville est un dédale, son bazar architectural et la manière d’y circuler, semble être ordonné comme une partition.

Dessiner la musique, donner du rythme aux couleurs, c’est être à la recherche de l’accord parfait. Les instruments s’entremêlent pour former une composition harmonique ; se fondre dans la ville, changer son bruit en musique, faire de son mouvement et de son agitation, une danse : une œuvre.

C’est cette harmonie chorégraphique que j’ai souhaité exprimer, une organisation aléatoire, hasardeuse, éphémère et destinée, comme cette rencontre inattendue.

#1 – musique baroque et danse hip-hop

Le hip-hop du danseur Jérôme Oussou (chorégraphié par Mourad Merzouki) et les mélodies baroques se jouent des siècles qui les séparent, dans un échange intemporel.

Programme : musiques baroques de Antonio Vivaldi, Henry Purcell, Jean-Baptiste Senaillé, Johann Paul von Westhoff, John Playford.

Distribution :
Jérôme Oussou, danseur hip-hop
Mourad Merzouki, chorégraphe
et Le Concert de l’Hostel Dieu :
Reynier Guerrero, violon
Aude Walker-Viry, violoncelle
Franck-Emmanuel Comte, clavecin et direction

#2 – musique baroque et beatbox

Le beatboxer Tiko et Le Concert de l’Hostel Dieu tissent un lien sonore insolite, entre mélodies baroques et percussions vocales.

Programme : musiques baroques de Santiago de Murcia, Johann Paul von Westhoff, John Eccles et… Moondog.

Distribution :
Tiko (Nicolas Giemza), beatboxer
et Le Concert de l’Hostel Dieu :
Reynier Guerrero, violon
Ulrik Gaston Larsen, théorbe
Nicolas Janot, contrebasse
Franck-Emmanuel Comte, direction

#3 – musique baroque et slam

Virtuose des mots, le verbe de Mehdi Krüger rejoint l’expressivité des musiques de Monteverdi à Couperin, arrangées par Franck-Emmanuel Comte.

Programme : musiques baroques de Claudio Monteverdi, Antonio Vivaldi, Jean-Sébastien Bach, Jean-Baptiste Barrière, John Playford.

Distribution :
Medhi Krüger, slam
et Le Concert de l’Hostel Dieu :
Aude Walker-Viry, violoncelle
David Bruley, percussions
Franck-Emmanuel Comte, clavecin et direction

Le singulier et l’universel, par Mehdi Krüger

« Pour lutter dans l’air, il faut être spécifiquement plus lourd que l’air. Tout ce qui n’est pas absurde est possible. Tout ce qui est possible se fera. »
Nadar (père de la photographie)

La gravité de la situation empêche-t-elle toute forme de légèreté ou au contraire la rend-elle plus nécessaire que jamais ?

Nous avons tous besoin d’air dans tous les sens du terme, or, c’est justement de l’air que vient le danger. Nous sentons néanmoins qu’ajouter de la lourdeur à nos actes serait inefficace, voire néfaste.

L’air résulte justement de cette tension entre lourdeur et légèreté, l’élévation et la chute des éléments les plus pesants. Tension que nous retrouvons artistiquement entre la basse et l’aigu, l’immobilité et le mouvement, les pleins et les déliés.

FugaCités est un projet qui s’appuie sur ces lignes de tension et les explore, notamment entre la contemporanéité des cultures urbaines et l’intemporel baroque, entre l’anecdotique/le singulier et l’universel.

Tour à tour pesants ou aériens, terrestres ou célestes, cette question du lourd/léger, palpable/impalpable, les artistes auront ainsi un pivot autour duquel articuler leurs différentes disciplines : comment penser la légèreté du violoncelle face à la matérialité du danseur ? Comment faire vivre l’abstraction des notes face à un texte figuratif ? Et pourquoi pas en inverser les attributs ?

AGENDA

3 août 2020 / 1000 Notes en Limousin
Musique baroque et danse hip-hop

4 août 2020 / 1000 Notes en Limousin
Musique baroque et slam
Musique baroque et danse hip-hop

du 15 septembre au 16 octobre 2020 / résidence à l’Université catholique de Lyon

  • Mardi 15/09, campus St-Paul : FugaCités #2 (beatbox)
  • Jeudi 17/09, campus Carnot : FugaCités #2 (beatbox)
  • Mardi 29/09, campus St-Paul : FugaCités #3 (slam)
  • Jeudi 1/10, campus Carnot : FugaCités #3 (slam)
  • Mardi 13/10, campus St-Paul : FugaCités #1 (danse hip-hop)
  • Vendredi 16/10, campus Carnot : FugaCités #1 (danse hip-hop)

ATELIERS

Autour de FugaCités,
des ateliers de sensibilisation originaux !

Des ateliers de slam, beatbox, percussions corporelles et d’illustrations peuvent venir accompagner les concerts !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter (contact@concert-hosteldieu.com).

PARTENAIRES

– En partenariat avec Pole en Scènes (résidence de création)

– En partenariat avec l’Université catholique de Lyon (résidence de médiation)