Fabien Hyon

Ténor

Révélation Classique de l’ADAMI 2015, Fabien Hyon est également Lauréat HSBC 2017 du Festival d’Aix-en-Provence. En 2019, il est nommé artiste en résidence au Théâtre Impérial de Compiègne.

Diplômé du CRR de Clermont-Ferrand, il intègre en 2011 le CNSMDP dans la classe de Malcolm Walker et y obtient le grade de Master en 2016. Il se perfectionne par la suite à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth auprès de José Van Dam, Sophie Koch, Jocelyne Dienst et Alain Garichot.

Il chante sous la direction de Fabio Bonizzoni, Leonardo García Alarcón, Christophe Rousset, Kaspar Zehnder, Arie Van Beek, Wolfgang Doerner, David Reiland, Stéphane Denève ou encore Marco Guidarini ; dans des mises en scène d’Emmanuelle Cordoliani, Alexandra Lacroix, Jeanne Debost, Heather Fairbairn, Jean Bellorini, Alain Garichot, Edouard Signolet ou encore Florent Siaud ; au sein des festivals de Beaune, Petites Nuits de Sceaux, Sinfonia en Périgord, Musica, Voyage d’Hiver, Musique & Mémoire ; et sur les scènes du Wigmore Hall, de Snape Maltings, du Théâtre des Champs-Elysées, Théâtre du Châtelet, Grand Théâtre du Luxembourg, Théâtre Gérard Philippe, Athénée-Théâtre Louis-Jouvet, Philharmonie de Paris, Opéra de Lille, Opéra Royal de Versailles, Opéra de Rennes, Opéra de Massy, Scène Nationale de Châlons-en-Champagne, Théâtre Impérial de Compiègne, Philharmonie de Wroclaw en Pologne.

Tamino dans Die Zauberflöte de Mozart, Mr Haack dans Iliade l’amour de Betsy Jolas, rôle titre dans Candide de Bernstein, Télémaque dans L’Odyssée de Jules Matton ou encore Louis XIV dans La Carmélite de Hahn, il est également Diarte dans Erismena de Cavalli, Évangéliste dans la Markus Passion de Bach/Keiser, Uriel dans Die Schöpfung de Haydn, Obadjah dans Elias de Mendelssohn et ténor solo dans Das Lied von der Erde de Mahler (Brussels Philharmonic, S. Denève).

Attiré par le répertoire contemporain, il crée en 2013 des mélodies de Noël Lee et Patrick Burgan avec le pianiste Yoan Héreau. Par la suite, il crée les personnages de Rilke dans Mitsou, histoire d’un chat de Claire-Mélanie Sinnhuber, Harry dans Kamchatka de Daniel D’Adamo, Télémaque dans L’Odyssée de Jules Matton, Thésée dans Ombres du Minotaure de Michèle Reverdy ou encore tout récemment Nestor dans Les Bains Macabres de Guillaume Connesson. La critique y salue son « énergie rayonnante et une aisance tant scénique que vocale » (ResMusica) ainsi que « [sa] voix charnue, intense, solaire et [sa] présence scénique bouleversante » (La Croix).

En 2019, il participe à l’enregistrement d’Isis de Lully avec Christophe Rousset - Les Talens Lyrique. Il y interprète Mercure, au disque comme sur scène. Le disque est largement salué par la critique et la production vient d’être nommée dans la catégorie « rediscovered work » des International Opera Awards 2020.

Il explore l’univers de la mélodie et du lied aux côtés des pianistes Juliette Sabbah, Michalis Boliakis et Nicolas Royez avec lesquels il donne plusieurs récitals. On a récemment pu l’entendre interpréter Die Schöne Müllerin de Schubert aux côtés de Juliette Sabbah au festival Opéra de Baugé.

La saison dernière voit plusieurs projets annulés successivement en raison de la crise sanitaire : reprises d’Erismena (Cavalli) à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne (dir. L.G. Alarcon), l’Odyssée de Jules Matton à l’Opéra de Rennes et à Quimper, récital avec Michalis Boliakis à la Chapelle Reine Elisabeth autour des Holy Sonnets of John Donne de Britten et la recréation de Daphnis & Alcimadure de Mondonville (Les Passions, J-M. Andrieu) au Festival Radio France de Montpellier.

En 2021-22, il incarne Dickson dans La Dame Blanche de Boieldieu avec La Co(opéra)tive, en tournée dans les théâtres de Compiègne, Quimper, Rennes, Tourcoing, Dunkerque, Besançon. Il est Normanno (Lucia di Lammermoor) à l’Opéra de Rennes et Angers-Nantes Opéra (annulé pour Covid).

En concert, il interprète Anfinomo (Il Ritorno d’Ulisse) avec Les Epopées (S. Fuget) à Beaune, Leçons de Ténèbres (Brossard) avec Il Caravaggio au Festival de Montpellier Radio-France ou encore Il Paradiso perduto avec Le Concert de l’Hostel Dieu à Lyon. Il est aussi ténor solo dans Job (G.J. Werner) avec Les Talens Lyriques à Budapest, ténor solo dans Psyché (Lully) avec les Talens à Vienne et en enregistrement, ainsi que ténor solo pour une tournée avec l’Orchestre de Picardie autour d’une Cantate de Bach.

Retrouvez Fabien Hyon dans :
Panier
Retour haut de page