ROSA DEL CIEL2018-06-14T16:17:42+00:00

ROSA DEL CIEL

PROGRAMME

C. Monteverdi, G. Caccini, M. Da Gagliano : extraits de divers opéras (Orfeo, La Dafne…), motets sacrés (Salve regina…)
E. Moulinier, P. Guédron, A. Boesset : airs de cour
Textes extraits de « Response faite à un curieux sur le sentiment de la musique d’Italie » d’A. Maugars

 —————–

« Celui qui possède cette disposition vocale s’exerce en chantant seul avec un orgue, clavecin, luth, guitare, harpe ou tout instrument similaire, jouant ainsi intelligemment la musique du compositeur avec ces ornements. »

Banchieri, Cartella musicale nel canto figurato, fermo et contrapunto (Venise, 1614).

 

Il nous est aujourd’hui difficile d’imaginer à quel point les interprètes du 17e siècle usaient de liberté par rapport à une partition originale, une mélodie, un air d’opéra, l’enrobant ainsi de diminutions virtuoses et de suaves ornements pour lui rendre toute sa palette expressive. C’est à travers cet angle de l’ornementation et de la question de la virtuosité que le baryton Romain Bockler aborde le répertoire italien et français du premier baroque.

Les récits d’époque de voyages en Italie – et notamment ceux du gambiste André Maugars dont nous donnons quelques extraits à entendre lors du concert – décrivent des chanteurs extrêmement agiles, inventifs et véloces, au phrasé et à la précision déconcertante. En Italie, mais aussi en France, l’articulation des chanteurs était si nette qu’elle en devenait admirée et imitée par les instrumentistes. Un chanteur était donc bien entendu boudé s’il ne pratiquait pas le chant dit « fleuri », car exécuter une composition consistait alors à s’en emparer afin de la transformer en se l’appropriant complètement.

C’est après de nombreuses années de recherches et de collaborations artistiques diverses que Romain Bockler a su redécouvrir ce savoir-faire oublié, développer sa technique d’ornementation et devenir l’un des grands experts de cet approche originale d’un répertoire par ailleurs passionnant : celui des airs de cour et des arias lyriques de compositeurs phares tels que Monteverdi, Caccini, Da Gagliano, ou bien encore Moulinier, Guédron et Boesset pour la France.


It is quite difficult today to imagine to what extent 17th century soloists were freed from the rules governing original scores, melodies, opera aries, to adapt them with their own ornamentation. The French baritone Romain Bockler approaches prime Italian and French baroque repertoire viewed through the prism of virtuosity and ornamentation.

Period travel accounts – in particular those from gamba player André Maugars – describe extremely agile, fast and creative singers with baffling phrasing and exactitude. In Italy, and also in France, the enunciation of the singers was so orderly that it was admired and mimicked by the instrumentalists. As a result, a singer would be given the cold shoulder if he did not deliver the desired « flowery singing »; meaning the art of seizing a composition and thus transforming it.

After several years of research, Romain Bockler was able to rediscover this forgotten savoir-faire and to develop his own ornamentation technique, becoming a leading expert in this original approach, allowing him to perform a wide repertoire of court’s airs and lyrical aries from Monteverdi, Caccini, Da Gagliano,  Moulinier, Guédron and Boësset.

DISTRIBUTION

Romain Bockler, baryton
Louis Capeille, harpe
Nicolas Muzy, théorbe
Nolwenn Le Guern, viole de gambe et lyrone
Franck-Emmanuel Comte, orgue et clavecin

Effectif : 1 chanteur et 4 instrumentistes

Durée : 1h15

DATES

Production en création – Diffusion à partir du printemps 2018

  • concert-hostel-dieu-BOCKLER-Romain-brayton-credit-B.Vignasse

Contact : Camille Chabanon, administration et diffusion / administration@concert-hosteldieu.com / 04 78 42 84 03